Mieux comprendre l’utilité du cannabis thérapeutique dans le traitement des maladies oncologiques

Au même titre que la morphine et ses autres dérivés, le cannabis thérapeutique fait partie des traitements stupéfiants. En effet, le cannabis thérapeutique ou médical est une composition de plusieurs molécules destinée au traitement de certaines pathologies. Parmi les maladies contre lesquelles le cannabis thérapeutique est utilisé, il y a le cancer. Découvrez dans cet article, l’utilité du cannabis thérapeutique dans le traitement des maladies oncologiques.

L’utilité du cannabis thérapeutique en oncologie

Depuis quelques années, un intérêt particulier est accordé au cannabis thérapeutique pour combattre les maladies oncologiques. Il est utilisé comme traitement et soins palliatifs contre les symptômes et maladies du cancer. Si vous recherchez des renseignements sur les variétés de cannabis, retrouvez un article publié ici à ce sujet. En effet, le cannabis thérapeutique est généralement utilisé pour atténuer les douleurs, les spasmes et soulager les effets secondaires des autres traitements. Il est également utilisé pour calmer les nausées, arrêter les vomissements et traiter les troubles du sommeil. Combiné aux opioïdes, le cannabis thérapeutique est un meilleur traitement contre les douleurs neuropathiques. Toutefois, sans être un traitement à part entière, en s’ajoutant aux traitements existants, le cannabis thérapeutique est un excellent complément contre les maladies oncologiques.

Les contre-indications du cannabis thérapeutique

Le cannabis thérapeutique est également efficace pour combattre d’autres pathologies ou d’autres signes cliniques plus compliqués. C’est le cas des intolérances à un traitement ou de l'inefficacité d’un traitement. Cependant, il existe des cas où le cannabis thérapeutique est contre-indiqué, soit en raison de la composition des traitements, soit en raison des antécédents du patient. Ainsi, le cannabis thérapeutique est contre-indiqué pour les personnes ayant des troubles psychotiques ou d’anxiété sévère, les personnes souffrant d’une insuffisance rénale ou hépatique sévère. C’est aussi le cas pour les personnes ayant des antécédents cérébro-vasculaires et les personnes présentant des risques d’AVC. Sont également exclus du traitement à base du cannabis thérapeutique, les femmes enceintes et les femmes allaitantes.